Rechercher

Cas pratique

Je souhaite divorcer mais mon mari refuse ; Est-ce que je peux l'obliger ?

Le divorce est un moment douloureux qui touche aujourd'hui un couple sur trois, voire un couple sur deux dans les grandes agglomérations. Après des années de mariage les choses se sont envenimées et vous souhaitez divorcer. Cependant n'étant pas en bon terme avec votre conjoint, celui-ci refuse de divorcer. Vous souhaitez pouvoir de votre coté avancer dans votre vie et vos projets personnels et donc être légalement séparée de celui-ci. Pouvez-vous le contraindre à divorcer contre son gré ?

Quel type de divorce choisir ?

Contrairement à l'ancien divorce pour rupture de la vie commune, le divorce pour altération définitive du lien conjugal repose sur un principe simple : personne ne peut être contraint à rester marié contre sa volonté. La seule condition nécessaire pour pouvoir effectivement divorcer est liée à la communauté de vie : si les époux sont séparés depuis plus de deux ans au moment de l'assignation, alors le divorce sera systématiquement prononcé car « le lien conjugal est définitivement altéré » (Article 237 du Code Civil).

Ce délai de deux ans n'est valable que si les époux ont notoirement rompu toute communauté de vie, sans interruption, depuis au moins deux ans. Concrètement, cela signifie qu'en cas de réconciliation manifeste, même temporaire, ce délai peut repartir à zéro. D'ailleurs, si les conjoints ne sont pas encore séparés au moment de la demande en divorce, le point de départ du délai sera alors fixé à l'ordonnance de non conciliation.

Puis-je le contraindre à accepter la procédure de divorce ?

Depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur le divorce, le 1er janvier 2005, il n'est plus possible de refuser de divorcer si l'on est séparé de son conjoint depuis plus de deux années et que celui ci décide d'engager une procédure pour altération définitive du lien conjugal.

Il sera toujours possible de faire durer la procédure mais le divorce est inéluctable. Une fois le délai de deux ans depuis la séparation effective écoulé, il est possible de demander que le divorce soit prononcé, sans que l'accord de l'autre époux soit nécessaire.

C'est le juge aux affaires familiales (JAF) qui sera saisi de la procédure, il devra statuer sur les conséquences financières (attribution du domicile conjugal, prestation compensatoire, etc…), et sur le sort des enfants (fixation de la résidence, droit de visite et d'hébergement, pension alimentaire). Désormais le juge ne peut pas refuser le divorce dès lors qu'il constate la cessation de la cohabitation depuis au moins 2 ans.

> Voir tous les cas pratiques de la rubrique : Vie familiale

Faites découvrir nos services gratuits sur
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. En savoir plus - CGU
OK